iconmonstr facebook 5 icon 32iconmonstr twitter 5 icon 32

iconmonstr instagram 10 icon 32iconmonstr rss 5 icon 32

Déjà quelques mois qu'on a vu apparaître le terme anglo-saxon "Ghosting" qui consiste tout simplement à quitter l'autre en ne donnant plus signe de vie, en disparaissant comme un fantôme. Donner un nom à une pratique c'est en faire une mode, lui donner de l'importance, et ça on aime pas quand il s'agit de pratique comme celle-là.
Mais nous devons malheureusement en déduire qu'il devient courant de quitter l'autre sans donner de nouvelle, un phénomène qui existe depuis que les lâches existent, soit depuis toujours.

Pour preuve cet article que l'on a publié il y a plus d'un an, en faisant référence à la façon brutale qu'avait utilisé Véronique Sanson pour quitter Michel Berger.

Charlize Theron a contribué à populariser le phénomène en quittant Sean Penn. Après 18 mois de vie en couple, elle a arrêté tout simple­ment de répondre aux messages et aux appels de l’ac­teur du jour au lendemain sans explication.

Mais alors quelles sont les chiffres ? La nouvelle génération (18-33 ans) est malheureusement adepte du silence radio

Grand paradoxe à l'heure de la surcommunication et hyperconnexion, plutôt que d'affronter l'autre en face pour lui dire ce qu'il en est tout simplement par respect, on préfèrera disparaitre sans explication.
C'est bien connu il est plus dure de se rendre compte de ses propres problèmes, névroses et d'avancer sans se soucier du mal qu'on fait derrière soi.

Selon une étude menée auprès de 800 utilisateurs (soit pas grand monde) du site de rencontres Plenty of Fish, 80% de la génération Y ont déjà été « ghostés » !

Une autre étude du magazine Elle, sortie la même année, montrait que le « ghosting » touchait hommes et femmes à peu près équitablement. Bref, si le « ghosting » est loin d’être une pratique nouvelle, il semblerait qu’elle devient de plus en plus répandue.

Si on doit positiver c'est toujours mieux de subir un ghosting que d'avoir une personne qui reste avec nous juste pour ne pas être seule.

 

Commentaires  

#1 Wolkaiw 24-06-2017 21:06
Je m'appelle Kathleen, je suis ingrate, égoïste, hypocrite, je fais des caprices sans cesse. J'ai lâchement abandonné pour des raisons absurdes la personne qui m'avait donné sa vie, lui qui ne cherchait qu'à construire une amitié unique, pérenne et magique entre nous... il était adorable, protecteur, doux, bienveillant, affectueux et dévoué de but en blanc pour moi... il m'a démontré les plus hautes valeurs qui pouvaient être données à une amitié ... mais j'en ai fait un cafard dans ma vie... mon attitude était si longtemps blessante... si souvent méprisante... que de méchancetés gratuites.... parce que je n'ai jamais su penser au delà de ma propre vision des choses... j'ai jamais pris un instant pour voir les choses sous son angle... je lui ai toujours demandé des efforts qu'à sens unique... et désormais je le laisse souffrir le martyr au quotidien des conclusions immondes que je lui ai balancées en plein visage...
Je lui ai désormais détruit sa vie... comme un châtiment mortel.
J'ai osé lui reprocher vouloir se battre pour moi, me donner de l'amour en abondance parce qu'il me trouve spéciale, m'admire, et voulait faire de moi un élément essentiel de sa vie. Oui c'est ce qu'il m'a fait de si grave pour mériter tout ça.
Mais moi je m'en cogne, je ne montre aucun remord, je ne suis prête à aucune concession ou effort d'empathie comme s'il n'était lui en revanche pas doté de capacités sensibles.
Oui je fuis l'affrontement, je joue la sourde en inertie ; par ce silence je cherche à lui renvoyer tous les torts, à le rendre fou de mystères sans fonds et à me dédouaner des miens. En fait je renie la vérité qui me concerne avec malhonnêteté immorale et irresponsable car je suis bien trop attachée à ma tranquillité pantouflarde et je n'arrive pas à assumer.
Par ma négligence je laisse quelqu'un qui m'aime plus que tout et qui ne m'avais jamais rien fait, juste être déchiré de chagrin puis crever par ma faute.
Le pire c'est que j'ai le culot de le blâmer de se battre face à cette injustice que j'ai moi-même volontairement instaurée, tout en jouant les anges auréolées sur les réseaux sociaux et à l'oreille de tous ceux autour de moi.
J'écris même des chroniques pour dénoncer l'abandon, art dans lequel je suis devenue maîtresse, et mettre à l'honneur l'amitié, pourtant je n'ai fait que cracher sur la sienne. En plus j'écrivais des textes humanistes à l'époque. Quel culot...
Je suis minable... et j'ai besoin de le confier... aidez-moi car je suis perdue...

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Recevoir les nouveaux articles par mail

 

 

 

Derniers commentaires

  • Rafiath Rafiath 24.06.2017 21:21
    Bonjour Je m'applle Rafiath Mon ex m'a quitté pour regagner une autre fille il y a de cela 1ans 6mois ...

    Lire la suite...

     
  • Wolkaiw Wolkaiw 24.06.2017 21:06
    Je m'appelle Kathleen, je suis ingrate, égoïste, hypocrite, je fais des caprices sans cesse. J'ai ...

    Lire la suite...

     
  • corine corine 22.06.2017 22:50
    Je me nomme corine âgée de 32 ans j'habite dans le 59139 wattignies . J'étais en relation avec mon ...

    Lire la suite...